Notre environnement

La nature

 

Humilité face au monde qui nous entoure

 

Humilité de l'Humain face au monde dans lequel il vit.

 

Tout ce que nous pensons savoir sur la création de l'Univers (estimé à près de 14 milliards d'années), puis la formation de notre système solaire, et donc de la Terre (4,5 milliard d'années) et l'arrivée de la vie (environ 4 milliards d'années) repose sur des découvertes au niveau géologie, archéologie, océanographie, glaciologie, astronomique ... des technologies qui progressent et des théories ensuite élaborées par des scientifiques dont il faut saluer la passion pour ces domaines.

 

Ces scientifiques font un travail essentiel, mais ils savent que leur progression reste encore indécise sur la majorité des points

Il est important de les écouter, d'entendre leurs explications mais aussi de ne pas s'enfermer dans des croyances dogmatiques qui peuvent rapidement s'avérer complètement obsolètes alors qu'elles auraient fait des dégâts irréversibles.

 

L'Être Humain veut toujours avoir des certitudes, dans tous ces domaines il y a tellement encore d'incertitudes qu'il est difficile d'ériger des vérités définitives.

Il faut rester humble, ne pas instaurer des doctrines et vouloir les imposer aux autres sous forme d'histoire, d'enseignement et/ou de domination intellectuelle ou physique.

 

Des milliers de personnes sont mortes face à ces vérités assénées souvent prétextes à domination par des lois, par la force, par la religion. La nature et ses ressources en ont subi, elles aussi les conséquences. 

 

L’origine, la dimension, la composition de l'Univers (galaxies, amas, planètes, trous noirs) restent des inconnues.

Actuellement dans ce domaine la théorie du Big Bang (qui n'est qu'une théorie que les scientifiques essayent de reproduire) est la plus admise comme hypothèse.

 

Chaque publication apporte des éléments nouveaux, permet la discussion, le débat et fait évoluer les connaissances.

 

Sur ces bases concrètes, allant de l'infiniment grand à l'infiniment petit, nous échafaudons des hypothèses, mais toujours avec de grosses inconnues, car souvent ces hypothèses, ces théories sont remises en cause par d'autres découvertes et avancées.

 

Le développement de la communication internationale sur tous ces sujets a aussi permis de mettre en commun les connaissances et de prendre en compte des données venant des autres pays et continents.

Nous n'avions avant, qu'une vision issue de nos territoires, pour rappel les épopées de découverte des continents datent du XVème siècle.

 

Rappelons qu'après les croyances des peuples anciens encore méconnues, il faut attendre les années mille neuf cent pour commencer à percevoir que le monde n'est pas statique et échafauder des théories.

De nos jours, les platistes émettent la notion de terre plate. 

Ce qui relativise l'évolution de nos connaissances, l'Être Humain étant arrivé il y a trois millions d'années suivant les estimations actuelles.

 

De même l'ampleur des distances et nos moyens d'aujourd'hui ne nous permettent pas de s’appuyer sur des certitudes.

 

La notion d'immensité de l'Univers ne fait que s'accroître, elle est évaluée actuellement à quatre cent cinquante mille milliard de milliards de kilomètres en comparaison la distance entre la Terre et la Lune est de trois cent quatre-vingt-quatre mille quatre cent kilomètres, avec Mars soixante-seize milliards de kilomètres et avec le soleil cent cinquante millions de kilomètres.

 

Dans un Univers en mouvement permanent depuis des millions d'années, notre planète change, à la fois par ses transformations internes, visibles par les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, la dérive des continents, la création des reliefs, mais aussi par les influences externes venant des autres planètes :attractions, rayonnements, pluies de météorites...

Elle est soumise à des courants d'air, des ondes, mais aussi par l'influence de l'Être Humain.

Elle nous surprend en permanence par la force de ses réactions, ses adaptations et sa reconstruction .  

 

La Terre, nous la connaissons encore mal, sa composition interne, ses océans et leur profondeur, ses ressources, ses végétaux, les périodes climatiques, l’influence des séismes, volcans, et tous les événements qui se sont déroulés.

 

Des milliers d'espèces vivantes ou fossiles restent à découvrir sur Terre, par l'exemple les insectes : nous estimons en connaître un million d'espèces soit dix milliards de milliards d'individus, or il y aurait trois à quatre fois plus d'inconnues, idem  au fond des océans, ceux-ci couvrent soixante quinze pour cents de la surface de la terre est peuvent être très profonds or nos moyens d'explorations nous limitent pour explorer ces fonds abyssaux et leurs milliers d'espèces y compris les toutes petites, meiofaune dont nous ne connaissons peut-être que un pour cent.

Leurs rôles, leurs actions et leurs corrélations sur les écosystèmes sont essentiels à l'équilibre de la nature et de la vie.

 

Des zones sont encore vierges de présence, des peuplades sont encore découvertes, des pays sont encore fermés aux autres

Nous découvrons chaque année des nouvelles vies dans ces milieux que nous explorons.

 

L’Être Humain lui aussi est encore source de découvertes et de questions sur les fonctionnements de son organisme, de son cerveau, sur l'infiniment petit qui le constitue et le gère, cet infiniment petit que nous découvrons partout autour de nous et en nous.

 

Il faut donc être lucide sur toutes les incertitudes que nous avons, les reconnaître, les prendre en compte et les enseigner.